ACTUALITES‎ > ‎

Voir, ça s'apprend.

publié le 19 nov. 2013 à 12:12 par Adeline Roch Vincani   [ mis à jour : 11 déc. 2013 à 12:57 ]
Conséquence inattendue de la loi sur l'enseignement obligatoire (LEO), le temps d’enseignement des arts visuels a été réduit, passant à une période hebdomadaire de quarante-cinq minutes pour toutes les classes du secondaire, de la 9e à la 11e.

Cette décision a pour conséquence d'appauvrir la culture artistique des élèves, alors que, parallèlement, le plan d'études romand (PER) exige aujourd’hui que les élèves acquièrent davantage de compétences pour maîtriser le langage visuel.

Les maîtres d'arts visuels ont soutenu et suivi jusqu'au bout le processus de la réforme, sûrs qu'ils étaient de défendre une école plus juste. Mais aujourd'hui, comble du paradoxe, le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture (DFJC) se fait fort de construire un nouveau pôle muséal, tout en décidant d’imposer une grille-horaire privant les élèves du secondaire d'un enseignement des arts visuels digne de ce nom. Nous ne pouvons nous résoudre à accepter ce non-sens. La diminution du nombre d’heures d'arts visuels contredit la politique culturelle mise en avant par les autorités.


C'est pourquoi, Madame, Monsieur, nous nous permettons de vous demander d'intervenir à tous les niveaux possibles, auprès de vos connaissances, des parents d'élèves, des amis du musée et autres associations concernées, par voie de presse ou de toute autre façon, afin de convaincre le Département de la formation et de la jeunesse de rétablir le minimum de deux périodes hebdomadaires d'arts visuels dans toutes les classes et à tous les degrés de la scolarité obligatoire.


Comments